Aucun dictionnaire de la langue française ne donne le sens œnologique de chair et charnu, mots pourtant bien connus de tous les amateurs de vin.

Athénée, écrivain grec du 3ème siècle, disait déjà que le vin de Marseille était sarkôdès (charnu) et les Romains avaient des adjectifs équivalents : vinum carneum, carnosum.

Un vin charnu, ou qui a de la chair, est riche en extrait sec et en glycérine.

Les tanins et l’acidité, qui forment la charpente du vin, sont enveloppés par le moelleux de la chair. On dira d’un vin qui a perdu sa chair, qu’il est amaigri ou décharné.

La description de la chair correspond à la consistance de la matière du vin.

On attend d’un vin de « qualité » que sa matière/chair soit harmonieuse et équilibrée par rapport à sa charpente, son squelette, et sa puissance.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly